jeudi 10 septembre 2015

Le temps des oiseaux


Le temps des oiseaux

Les escaliers de l’Opéra brillaient,
La lumière s’offrait en révérence,
Les nuages doucement se rassemblaient,
Deux oiseaux s’avançaient pour une danse.

Intensité du temps qui se retire
Pour deux oiseaux et leur étourdissement,
Pressant d’oublier pouvoir et empire,
Sous un vent légèrement larmoyant.

Posaient à la terrasse du grand café,
Les ailes repliées mais insoumises,
Les deux oiseaux au temps s’abandonnaient
Et Paris se changea en Venise.

Sur la toile du peintre surréaliste,
Une lune lisse et pleine rougeoyait
Et les oiseaux s’affairaient à la liste
Des fleurs à planter aux arquebusiers.

Ainsi le temps quand il est enchanté,
Ainsi la danse Ornitho sans logique,
Avant le grand retour du temps âgé
Et de sa fuite toujours tragique !

H. Seposa


 
Margret Hofheinz-Döring