lundi 15 septembre 2014

« Ne crains pas, crois. »

« Ne crains pas, crois. »


Mais avant de croire, apprends et avant d’apprendre, Aime.


Un jardin méditerranéen
La main qui cueille les tomates mûries par un soleil généreux
Heure révérencieuse qui fait surgir la pierre philosophale
L’odeur de la terre
Le parfum des plantes
Le chant des cigales au crépuscule opalin
Le providentiel aréopage.
Rien de plus universel au temps
Quelques fous vivants
Poètes lucides
Idéalistes et alchimistes
Musiciens de leur talent
Gouttes de vérité pour toute note
Jouent la partition de l’instant.
Le vin coule au fond des gorges
Les corps réchauffés d’humanité déposent leur tension
Les esprits s’accordent en rythme.
Née  l’heure de la reconnaissance
La musique s’arrête et se distille le Sens
S’insinuant en chaque espace vide
Parachevant l’incomplétude.
L’heure se poursuit dans l’extase silencieuse
Virevoltant parmi les êtres et les choses
Seules les cigales chantent encore
Se joignant à la douce brise du soir
Frottant les cordes du seul pays
La terre et les cieux réunis en un premier homme
Assit.
La nature se renouvelle
L'effroi envolé
 Sous les regards désapeurés
Drapée d'une innocence sans espoir
De cette enfance
Accueillante comme un jour de fête
Partage d’un cycle tourbillonnant en un point immobile
Il se découvre présent
Coule en lieu et place de la sève et du sang
Tous présent-absent
Il n’y a plus de chacun
Tout est

Un

Mikhaïl Vroubel

http://www.wroubel.ru/painting/