dimanche 14 septembre 2014

Carrefour


Carrefour

Atopos,

 le temple s’érige et s'engloutit dans l'éternité
tantôt au silence de l’écriture, tantôt au silence de la musique.
Ornées d'un chérubin doré,
ses portes claquent
s'ouvrent et se ferment frénétiquement.
Il est,
sans fondation ni fondement,
au carrefour du dicible et de l’ineffable.
Ce temple abrite la frontière et l’exil,
Ce temple, c'est le mien.

H. Seposa